L

HOME <<<

retour page <<<

_
_
_
Pour obtenir la dernière version de Acrobat Reader
_
Imprimer cette page

©PME-CH.ch

_ ©PME_CH.ch _ ©ID-GROUP.info
Dossier Pour qui
Dossier Comment
Dossier Réseau
Dossier Création
Dossier Idées
Dossier Pièges
Dossier In Vivo
Dossier Arena
Dossier Formation
_
_ _
   

Les profils seniors ont la cote auprès des jeunes créateurs

Start-up recherchent managers expérimentés

Il ne suffit plus d'être jeune et d'avoir des idées brillantes pour séduire. Après l'euphorie, la Net-économie entre dans une phase de relative maturité : le marché se restructure, la recherche du profit titille à nouveau les investisseurs dégrisés par des chutes retentissantes. Résultat : les profils expérimentés issus de l'économie traditionnelle ont la cote. « On assiste à un mouvement de balancier. Les gens sont partis très confiants dans de jeunes équipes qui éblouissaient par leur talent entrepreneurial. Aujourd'hui on en revient. Il n'y a pas de miracle, pour réussir l'expérience compte », note Joëlle Dujour, directrice du cabinet de recrutement Alpha CDI.
Les premières demandes sont venues des financiers, business angels, capital-risqueurs et, aujourd'hui encore, ce sont eux qui mandatent le plus fréquemment les spécialistes du recrutement. La recherche de managers expérimentés est souvent l'une des conditions émises par les investisseurs pour s'engager. « Il n'est pas rare que des capital-risqueurs nous demandent d'effectuer un audit de l'équipe de lancement pour faire le point sur ses compétences et ses éventuelles lacunes », remarque Jean-Pierre Leguay, managing partner chez H. Neumann International.
La recherche des meilleurs profils porte sur un savoir-faire, des compétences, une connaissance déjà éprouvés, autant que possible dans des grands groupes ou des filiales, complétés par une expérience à l'étranger incontournable pour rejoindre des start-up qui visent par définition l'international. L'expérience managériale, la parfaite maîtrise des procédures acquises dans des organisations reconnues garantissent une rigueur et une efficacité qui rassurent les investisseurs et apportent une crédibilité aux jeunes pousses.
« A partir de 40-45 ans, on relève certaines constantes, note Jean-Pierre Leguay. Une grande partie des seniors tentés par l'expérience proviennent des fonctions de gestion ou de finance. Ils ont déjà monté des prévisions, ils ont vécu des introductions en Bourse, réalisé des tours de table et ont envie d'aller plus loin. » De même, dès que la start-up prend du poids, les problèmes de recrutement, de formation, de communication interne amènent à rechercher des spécialistes des ressources humaines ayant plus de maturité et certains DRH sautent le pas.
Ce qui les attire, ce qui les pousse à quitter une carrière bien tracée ? Le challenge, l'envie de se lancer dans une nouvelle aventure, le désir d'évaluer leurs capacités à rejoindre le créneau des nouvelles technologies. Ils connaissent les incertitudes du secteur mais la recherche d'une plus grande autonomie, la perspective de développements rapides, dans des sociétés très réactives où les idées vont vite, les font toujours rêver.
Le mythe des premières réussites et les perspectives financières qu'elles laissent entrevoir sont loin d'avoir disparu. « Il est évident que s'il n'y avait plus de possibilités financières très importantes, le niveau de motivation baisserait rapidement », souligne Jean-Pierre Leguay.
Mais pas question de se lancer les yeux fermés. Le désir de réussite a intensifié les réflexes de prudence. « Les gens ne veulent pas rater une occasion, mais ils ne veulent pas non plus lâcher la proie pour l'ombre », résume Joëlle Dujour. Avant de s'engager, ils évaluent les fondateurs, le projet et le business model, mais veulent aussi rencontrer les financiers ou des représentants présents au tour de table, pour apprécier la stratégie globale du projet (le dirigeant n'a pas forcément tout dit), connaître les intentions d'investisseurs et les limites qu'ils se sont fixées.
De même, leurs exigences ne se concentrent plus sur les stock-options. Ils préfèrent négocier un golden parachute ou, a contrario, investir financièrement dans le capital de la société. Un pari risqué mais qui leur donne plus de poids dans les prises de décisions.
Reste un facteur pas toujours pris en compte par les managers, l'adaptation. Le rythme de travail et le degré de réactivité peuvent les déstabiliser, la coexistence des générations et des styles de vie se révéler explosive, la gestion de l'entreprise être conflictuelle. La complémentarité a priori séduisante entre expérimentés et jeunes fondateurs peut tourner à l'aigre. Certains seniors en ont fait l'amère expérience et ont préféré retourner dans des activités plus traditionnelles.

« Construire quelque chose de A à Z »
Depuis un an et demi, Robert Barge est directeur opérationnel de Château Online, une start-up spécialisée dans la vente de vins. Ce qui a décidé ce Néerlandais de 44 ans à se lancer dans l'aventure ? L'aventure justement. Après une carrière dans la distribution au sein de grands groupes aux Pays-Bas et en Belgique, il veut travailler dans la nouvelle économie, pense qu'Internet peut apporter une vraie valeur ajoutée à la distribution notamment dans la relation clientèle.
« A partir du moment où ma décision a été prise, en deux mois je me suis retrouvé avec huit offres intéressantes, dont trois concernant Internet. Il hésite entre deux propositions, l'une comme directeur opérationnel Europe d'Amazon, la seconde chez Château Online, une start-up de 13 personnes à l'époque (plus de 90 aujourd'hui). J'ai opté pour Château Online. Mais je voulais participer réellement aux choix stratégiques, construire quelque chose de A à Z. Chez Amazon, j'aurais profité d'une formidable expérience, mais cela ne m'aurait pas donné le même sentiment d'être entrepreneur. »
Les risques financiers ? « Il est clair qu'ils sont plus grands, d'autant que j'ai investi financièrement dans l'entreprise. Mais à partir d'un certain âge, la satisfaction de ce que l'on développe pèse plus lourd que la carrière. Et puis il faut savoir prendre des risques, tout en restant réaliste, bien sûr. »

lundi 4 décembre 2000, Christine Piédalu

 
_
_
_ Votre publicité ici ?
Renseignez-vous !
_ -

Plateforme utile, pratique pour indépendants, créateurs de sociétés, entreprises. Modèles statuts, business plan, contrats, accord confidentiel, partenariat, franchise, réseaux d’affaires, projets, exemples de réussite, club de créateurs, entrepreneurs, formateurs, coachs. Réponses concrètes du monde des affaires. Comment construire votre projet de développement, être patron, coacher une équipe.

Création site internet de MDL.ch
Haut de page
Publicité et Marketing de RAA.ch

Achetez ici
ou en librairies.

Entrez ici